Evolution du prix du baril de pétrole

Investissez sur le pétrole maintenant !
65% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent
Note: 4.11 38 votes
 

Vous entendez souvent parler du pétrole comme d’un investissement rentable à long terme en raison des perspectives haussières du prix du baril. Mais pour mieux comprendre comment fonctionne l’évolution du prix du baril de pétrole et ainsi mieux juger de ces perspectives de hausse dans l’avenir, voici un rappel historique de cette évolution et quelques explications pratiques.

 

Petit rappel à propos du pétrole en tant qu’actif :

Avant de nous intéresser concrètement à l’évolution historique du baril de pétrole, il est important de rappeler comment fonctionnent l’offre et la demande sur cet actif. Nous savons en effet que le pétrole est une matière première très utilisée par l’industrie mondiale et que sa production se répartit sur plusieurs pays comme la Russie, l’Arabie Saoudite et les Etats-unis. Vient ensuite la production de la Mer du Nord qui concerne le pétrole Brent. Ce type de pétrole, de par sa raréfaction, est devenu plus onéreux que le WTI qui est quant à lui plus largement échangé sur les marchés financiers.

En ce qui concerne la demande de pétrole, elle provient bien entendu de toutes les régions du monde, mais certains pays comme la Chine en sont de très gros consommateurs en raison de leur croissance industrielle forte. Parmi ces grands importateurs et consommateurs, on compte également l’Union Européenne, le Japon et les Etats-Unis.

A partir de ces données, et plus précisément de l’augmentation constante de la demande, les spécialistes continuent à affirmer que le pétrole brut devrait connaître une limite de production qui posera problème dès 2050 après que le pic de production maximal ait été atteint. Il est donc logique que les prix suivent une tendance haussière. Le pétrole est en effet une ressource naturelle non-renouvelable qui est condamnée à s’épuiser en raison de son extraction importante.

 

Le phénomène des chocs pétroliers et leur influence sur l’évolution des prix :

On entend souvent parler de chocs pétroliers comme de moments propices à une soudaine flambée des prix du baril de pétrole. Plusieurs de ces chocs ont en effet marqué l’histoire de l’or noir, à commencer par ceux de 1973 et de 1980, qui ont provoqué une hausse spectaculaire des cours allant jusqu’à tripler le prix du baril en seulement quelques semaines. Le baril a ainsi atteint les 40 dollars en 1980, avant d’osciller entre 15 et 35 dollars entre 1986 et 1999.

La guerre du Golfe de 1991 a ensuite provoqué une nouvelle appréciation des cours. Mais à partir de cette période, le prix du baril n’a plus cessé d’évoluer à la hausse avec le 3ème choc pétrolier de 2003 et un pic à 145 dollars en 2008.

 

Des corrections baissières fréquentes mais peu durables :

Si on considère que la droite de tendance à long terme du pétrole brut reste résolument haussière, cette tendance très large est parfois ponctuée de micromouvements baissiers. Ce fut le cas par exemple entre 2008 et 2009 avec une chute de 145 à 40 dollars le baril. Mais cette baisse a très vite laissé la place à une nouvelle hausse jusqu’à 100 dollars en 2011.

L’offre et la demande ne sont donc pas les seuls facteurs qui influencent l’évolution des prix du pétrole, puisque les décisions politiques jouent ici aussi un rôle important. C’est ce qui explique entre-autres la baisse de 2011 suite à l’annonce de l’AIE de fournir 2 millions de barils par jour pendant un mois.

Les effets de rumeurs et les différents conflits qui touchent actuellement les pays producteurs et les pays consommateurs ont souvent tendance à augmenter le prix du baril ou à la faire baisser. Mais la tendance à long terme reste résolument haussière.

 

L’évolution récente du prix du pétrole :

Au cours des dernières années, le prix du pétrole a connu de très fortes variations. Cela a commencé en 2008 avec un véritable choc pétrolier qui a entrainé une hausse importante des prix entamée en 2003 mais qui s’est accélérée avec la demande plus importante en provenance des  pays émergents et en forte croissance économique comme la Chine ou l’Inde. La crise économique mondiale de 2008 a été l’étincelle qui a permis au cours du pétrole de flamber.

Ainsi, en quelques mois à peine soit entre janvier et juillet 2008, le prix du pétrole est passé de 96 dollars le baril pour le Brent à 144 dollars. Mais juste après cette flambée des prix, le cours du pétrole a connu une forte chute qui l’a fait passer de 130 à 40 dollars entre juillet et décembre de la même année. En réponse à cette baisse, l’OPEP a demandé aux pays producteurs de pétrole de réduire leur production dans le but de maintenir leurs revenus. De ce fait, le prix du baril s’est stabilisé aux alentours des 80 dollars.

Vers 2010, une reprise de la croissance économique et une demande plus importante de pétrole de la part des pays importateurs a aidé à faire de nouveau évoluer les prix à la hausse. Par ailleurs, les problèmes géopolitiques qui ont touché le monde arabe en 2011 ont entrainé des craintes quant aux capacités de production de certains pays, ce qui a provoqué une nouvelle hausse importante avec un baril de Brent qui a atteint un plus haut à 128 dollars en mars.  Vers 2013, le prix du baril s’est de nouveau stabilisé aux alentours des 100 dollars.

En 2014, on assiste à une nouvelle baisse importante des prix du pétrole qui descendent sous le seuil des 50 dollars à cause notamment d’une production trop importante due à la production en hausse de gaz de schiste aux Etats-Unis et malgré une demande toujours en hausse. En parallèle, l’OPEP, qui réagit généralement à ce type de situation en limitant a production décide, sous l’influence de l’Arabie Saoudite, de maintenir les niveaux de production afin d’obliger les producteurs de gaz de schiste américain à réduire la leur. Sur fond de ces tensions, le prix du baril de pétrole Brent s’effondre encore et atteint les 30 dollars en début d’année 2016 soit son plus bas niveau depuis 2003.

Toutefois, et malgré les désagréments causés par cette baisse, on a assisté à une remontée des prix de l’or noir dès le début du mois de février 2016 avec l’atteinte au mois de juin des 50 dollars le baril. Cette remontée est due à a fois à la décision de l’Arabie Saoudite, du Venezuela, du Qatar et de la Russie de bloquer leur production, mais aussi à des prises de positions stratégiques de la part des investisseurs profitant d’achats à bas prix.

 

Comment peut-on anticiper les futures évolutions du prix du pétrole ?

Pour investir sur le pétrole, il est important de connaitre ses évolutions historiques, mais aussi et surtout d’être capable d’anticiper ses futures variations.

Selon les analystes spécialistes de ce marché, les récentes baisses qu’a connu le pétrole brut ont entrainé une baisse des investissements, ce qui devrait conduire, à terme, à une remontée nette des prix.

Sur le long terme, une forte croissance économique est à prévoir avec par la même une hausse nette de la demande mondiale en énergie, ce qui permettrait au prix du pétrole d’évoluer de nouveau dans le vert. Les nouvelles énergies ne représentent pas encore de menace sérieuse pour le pétrole qui reste bénéficiaire d’une demande importante de la part des industries. En effet, les prévisions quant à la demande mondiale restent haussières avec l’atteinte des 4 660 millions de tonnes d’ici 2035 contre seulement 4 100 millions de tonnes en 2011. La part du pétrole dans les énergies totales devrait quant à elle baisser à 27% contre 31% actuellement avec une augmentation de la part du gaz.

Il reste toutefois compliqué de prévoir de manière précise la future évolution des cours du pétrole au regard des fortes oscillations enregistrées ces dernières années. En effet, les évènements en rapport avec la géopolitique, les innovations technologiques énergétiques ou encore les décisions de l’OPEP et le niveau de la croissance mondiale sont autant de facteurs qui peuvent faire pencher la balance dans un sens ou dans un autre.

C’est la raison pour laquelle nous vous conseillons d’investir sur le pétrole à la fois sur le court terme et sur le long terme afin de profiter des fluctuations intermédiaires de cette matière première particulièrement volatile. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser les données de l’analyse technique et les données fondamentales du calendrier économique qui vous aideront à mettre en place vos stratégies de day trading efficacement.

 

Faire une prévision sur les prix du pétrole avec l’analyse technique :

Le principal outil permettant de faire une prévision sur les prix du pétrole est bien entendu l’analyse technique, c’est-à-dire l’analyse des graphiques en direct des cours du baril de pétrole. Ces graphiques nous donnent en effet de précieuses indications sur les possibilités d’évolution des prix à court comme à long terme.

Pour cela, il vous suffit de savoir interpréter les différents indicateurs que vous pourrez trouver sur ces graphiques dont :

  • Les tendances : Les tendances sont faciles à repérer et correspondent à des mouvements haussiers ou baissiers marqués. Plus une tendance est forte, plus elle risque de perdurer dans le temps et inversement.
  • La volatilité : C’est la force de la tendance actuelle. Plus la volatilité est forte, plus la tendance a de chance de se poursuivre dans le temps.
  • Les supports techniques : Un niveau de support est le niveau le plus bas atteint précédemment par la tendance. Si ce niveau est dépassé à la baisse, la tendance baissière est confirmée et les prix devraient continuer à chuter. Si ce niveau de support n’est pas dépassé, on peut s’attendre à un retournement de la tendance à la hausse.
  • Les résistances techniques : Une résistance technique est l’exact inverse d’un support. Il s’agit du niveau le plus haut atteint précédemment par la tendance. Lorsque ce niveau est dépassé à la hausse, la tendance haussière devrait se poursuivre. Dans le cas contraire, cela annonce un retournement des prix à la baisse.

Pour identifier la tendance actuelle et à venir du pétrole, l’idéal est de connaître les indicateurs techniques les plus fiables. Pour vous y aider, nous avons décidé de vous présenter ici en bref trois indicateurs très utilisés par les traders sur l’or noir, qui vous permettront d’anticiper au mieux les futurs mouvements des cours du baril.

Ces trois indicateurs sont les moyennes mobiles, le MACD et les Bandes de Bollinger. Précisons ici que l’ensemble de ces indicateurs sont disponibles gratuitement sur les graphiques des brokers.

 

Identifier la tendance du pétrole avec les moyennes mobiles :

Les moyennes mobiles peuvent être utilisées à la fois sur des périodes longues ou courtes en fonction de votre mode de trading. Elles permettent donc d’identifier des tendances à court et à long terme.

Graphiquement, un aplatissement ou un retournement de moyenne mobile permet de détecter un changement de tendance. Il faut également faire attention à la position du cours spot par rapport à cette moyenne mobile. Le croisement des moyennes mobiles est également un signal de vente ou d’achat fort. Par exemple, une moyenne mobile à 50 jours qui passe sous une moyenne mobile à 20 jours sera un signal de vente et une moyenne mobile à 50 jours passant au-dessus d’une moyenne mobile à 100 jours sera un signal d’achat.

 

Identifier la tendance du pétrole avec la MACD :

L’indicateur MACD ou Moving Average Convergence Divergence, permet d’anticiper un retournement de tendance de manière plus précise que les moyennes mobiles, notamment pour les mouvements à court terme.

Graphiquement, la MACD est représentée par une ligne de signal et la ligne MACD. Lorsque ces deux courbes se croisent, on obtient un signal d’achat ou de vente. Ainsi, une ligne MACD qui passe au-dessus de la ligne de signal indiquera une tendance haussière et inversement.

Ce type d’indicateur est l’un des plus faciles à appréhender techniquement.

 

Identifier la tendance du pétrole avec les bandes de Bollinger :

Visuellement, les bandes de Bollinger sont représentées par trois courbes, l’une représentant la moyenne mobile sur 20 jours et les deux autres situées de part et d’autre de cette courbe principale à deux écarts-type.

Cet indicateur permet d’identifier la force de la tendance actuelle. Ainsi, une tendance très volatile sur le pétrole affichera des bandes plus larges avec un écart-type important. A l’inverse, lorsque la tendance est faible et peu fiable, on observera un écart-type faible également et des bandes plus resserrées.

Lorsque le cours du pétrole se rapproche de la courbe inférieure, cela représente un signal d’achat fort et inversement, lorsqu’il s’approche de la bande supérieure, cela donne un signal de vente important.

Grâce à ces deux informations, il est donc possible de détecter à la fois le sens et la force de la tendance du pétrole.

 

Faire une prévision sur les prix du pétrole avec l’analyse fondamentale :

Une autre méthode d’analyse permettant d’anticiper une hausse ou une baisse des prix du pétrole est l’analyse fondamentale. Elle consiste à exploiter les données non-techniques pour prévoir la réaction du marché pétrolier.

Pour cela, il suffit de consulter le calendrier économique, sur lequel sont publiés les évènements susceptibles d’influencer les prix. Parmi ces évènements on trouve :

  • L’évolution des stocks de pétrole : Des stocks en hausse entraineront une baisse des prix et inversement.
  • Les annonces des pays producteurs de pétrole.
  • L’évolution de la valeur du dollar, inversement corrélée à celle du pétrole. C’est-à-dire qu’un dollar fort rendra moins attractif le pétrole pour les investisseurs étrangers, ce qui aura tendance à faire baisser la demande et donc les prix.

Bien entendu, pour faire une prévision fiable sur les prix du pétrole, il est judicieux d’utiliser à la fois les analyse technique et fondamentale.

 

Quelles sont les prévisions à long terme pour le prix du pétrole brut ?

Depuis le début de l’année 2016, le cours du pétrole brut évolue aux alentours des 50 dollars du baril. Il a toutefois connu une phase baissière jusqu’à 46 dollars en décembre 2016 alors que l’OPEP s’apprêtait à réduire son offre pour maintenir les prix.

Depuis, des publications de stocks de pétrole américain en hausse ont, à plusieurs reprises, entrainé des baisse importante de prix, qui se sont à chaque fois soldées par une reprise haussière maintenant une relative stabilité des prix autour de ce seuil psychologique des 50 dollars. Mais comment peut-on donc envisager une prévision optimale des prix du pétrole dans cette situation ?

Pour le moment, les investisseurs sont peu nombreux à prendre position à l’achat sur le pétrole à court ou moyen terme et ce, malgré la féroce volonté de l’OPEP de conserver des prix corrects. Cependant, la baisse des prix a entrainé dans le même temps un regain d’intérêt de la part des investisseurs dont l’horizon de trading est plus lointain. Il est donc très probable que les prix du pétrole repartent à la hausse rapidement et de manière progressive et durable.

Cette tendance de fond est soutenue par les récents propos du ministre du Pétrole saoudien qui a reconnu que les pays producteurs devaient se soumettre à des réductions de leur production, ce qui devrait conduire à une baisse sensible de l’offre.

Bien qu’il existe de nombreux indicateurs allant en faveur d’un maintien du cours du pétrole à proximité des 50 dollars et sous la barre des 60 dollars, d’autres signaux sont plutôt favorables à une reprise haussière à long terme.

En effet, d’une part, on observe une hausse sensible de la production aux Etats-Unis et en Russie, deux pays producteurs qui ne sont pas régis par les règles de l’OPEP dont ils ne font pas partie. De ce fait, le maintien des prix ne dépend que de la bonne volonté de l’Arabie Saoudite, le Venezuela et les autres membres de l’organisation qui doivent accepter de réduire leur production alors même que les Etats-Unis et la Russie maintiennent des niveaux d’extraction élevés. Comme nous l’avons vu récemment avec l’explosion du pétrole de schiste et des répercussions, ce bras de fer risque d’influencer fortement les prix à la hausse ou à la baisse en fonction de son issue.

Toutefois, des signaux contraires et donc favorables à une reprise de l’investissement sur le pétrole sont actuellement émis par les analystes de ce marché. Ainsi, l’AIE (Agence Nationale de l’Energie), a indiqué en début d’année 2017 que la demande mondiale de pétrole devrait dépasser les 100 millions de barils par jour en 2019 soit une hausse importante par rapport aux besoins actuels. Le risque est donc celui d’un sous-investissement à cause de la situation actuelle qui entrainera sans doute une flambée des prix d’ici deux ans.

Il en va de même pour les prévisions concernant la demande à plus long terme avec une tendance à la hausse au moins jusqu’en 2034.

Investir sur le prix du baril de pétrole :

Le prix du baril du pétrole subit, comme vous avez pu le constater, des variations très importantes et parfois en peu de temps, ce qui représente des opportunités intéressante pour les investisseurs. Ainsi, vous pouvez vous aussi miser sur l’évolution du prix du baril de pétrole, grâce aux CFD.

65% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent